Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

Document Actions

Joyeux Noël et Bonne année 2017

24 décembre 2016

Un des titres, qui est donné au petit bébé Jésus dans la crèche, est « Prince de la Paix ». De plus les anges annoncent aux bergers la naissance du Messie en ces termes : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux et sur la terre paix aux hommes qu’il aime. » (Luc 2, 14)

Lorsque nous voyons ce qui se passe autour de nous, dans notre monde, dans notre pays, dans nos quartiers et parfois nos familles, nous nous disons que cette notion de Paix est vraiment utopique. Rien ne semble changer. Il y a toujours trop de foyers de conflits, de guerres… Alors faut-il baisser les bras pour autant ? Pour nous chrétiens, la paix est déjà un don à demander à Dieu dans la prière. Elle est un des fruits de l’Esprit Saint. (Galates 5, 22-23). Il faut donc ouvrir notre cœur pour recevoir ce don. Ensuite, même si la tâche est immense et que nous avons l’impression qu’à notre place nous ne pouvons pas faire grand chose, la paix c’est nous qui la construisons avec l’aide du Seigneur. Et il n’y a pas besoin de faire de grandes œuvres pour cela.

Tout d’abord, nous devons faire la paix en nous. C’est la première condition. Si nous ne sommes pas bien intérieurement, unifiés, nous ne pourrons pas être bien avec les autres. Et là encore, cela se fait grâce à une prière intense, une vie de foi cohérente entre ce que nous disons et ce que nous faisons dans le respect de l’Evangile. Ensuite, la paix se met en œuvre lorsque nous rompons la chaine de la violence, de la haine, du mépris, autour de nous dans nos lieux de vie. Essayons de faire diminuer les jalousies, de ne pas opposer les uns contre les autres, car les divisions ne sont pas facteurs de paix…

 

Certes ce n’est pas facile, cela demande une conversion de tous les instants, beaucoup d’efforts pour aller au delà de nos propres faiblesses et péchés. Face à cette tâche immense, l’humilité est nécessaire. Mais ce sont nos petits gestes qui feront que notre société ira mieux…

Que l’humilité de l’Enfant de la crèche nous y aide !

Joyeux Noël et bonne année 2017 !

Yannick BEUVELET, curé-doyen. 

 

<< Go back to list